Devenir Chauffeur VTC

Si vous avez le contact facile, le sens de la ponctualité et que vous êtes passionné par la conduite, le métier de chauffeur VTC est fait pour vous. 
Néanmoins, il s’agit d’une profession réglementée par la loi Thévenoud, entrée en vigueur en janvier 2015.

un chaffeur VTC sans sa voiture
Dans le monde d’aujourd’hui, il existe plus d’options que jamais en matière de transport. De la voiture au train en passant par le bus, il existe une multitude de moyens de se rendre d’un point A à un point B. Cependant, pour de nombreuses personnes, l’option la plus pratique est de faire appel à un chauffeur VTC. Avec l’essor des applications de mise en relation avec des chauffeurs VTC  comme Uber, Lyft, LeCab, Allocab, Bolt … – Voir aussi comment devenir chauffeur Uber. Si vous envisagez de devenir chauffeur VTC, il y a plusieurs choses que vous devez faire en résumé. Tout d’abord, vous devez avoir votre permis de conduire. Ensuite vous devez obtenir votre carte professionnelle, puis avoir une structure juridique, et pour finir, s’inscrire au registre des VTC. En suivant ces étapes, vous pouvez devenir un chauffeur VTC et profiter de tous les avantages qui accompagnent ce métier.

Réglementation public

Réglementation du transport public (Note éliminatoire 6/20)

Gestion

Gestion entreprise
(Note éliminatoire 6/20)

Sécurité routière

Sécurité routière (Note éliminatoire 6/20)

Langue Française

Langue Française (Note éliminatoire 6/20)

Langue Anglaise

Langue Anglaise (Note éliminatoire 4/20)

Commercial

Développement commercial VTC (Note éliminatoire 6/20)

Réglementation VTC

Réglementation spécifique VTC (Note éliminatoire 6/20)

Épreuve théorique

QCM et Questions courtes, (note éliminatoire en dessous de 10/20)

Nos Formations Sont Finançables !

Nos formations sont finançables avec votre CPF, Pôle Emploi ou encore en 4 fois sans frais !

Comment devenir chauffeur VTC ?

Pour devenir Chauffeur VTC, il faut remplir plusieurs conditions : 

  • Réussir l’examen VTC théorique obligatoire (QCM et questions rédigées)
  • Réussir l’examen VTC pratique obligatoire (épreuve de conduite professionnelle)
  • Obtenir, auprès de votre préfecture, la carte professionnelle VTC 
  • Obtenir le macaron VTC auprès du service du registre des VTC
  • Créer votre structure juridique et s’inscrire au registre

Une formation VTC n’est pas obligatoire, néanmoins elle est fortement recommandée, car le taux de réussite chez les candidats formés est beaucoup plus élevé que pour les candidats libres.

La carte professionnelle, un indispensable pour devenir chauffeur VTC

Suite à la réussite des examens VTC théoriques et pratiques, vous devrez vous rapprocher de votre préfecture afin d’obtenir la carte professionnelle VTC, qui est une étape obligatoire pour exercer la profession de chauffeur VTC.

Il vous faudra remplir un dossier de demande de carte ainsi que transmettre les documents demandés. Il conviendra de vous renseigner sur cette liste de documents  à fournir, car elle peut différer d’une préfecture à une autre. 

La carte professionnelle est payante (61 € actuellement) et vous sera délivrée trois mois maximum après votre demande, si vous remplissez toutes les conditions. 

Vous pourrez alors profiter de votre licence VTC durant les cinq prochaines années avant de devoir faire une demande de renouvellement.

Créer sa propre structure juridique

Choisir de devenir chauffeur VTC implique de créer son entreprise

Vous pouvez choisir de travailler avec des applications telles qu’Uber, seulement l’activité des personnes ne dépendant que de ces plateformes, n’est pas rentable. 

Afin de choisir le statut qui vous convient le mieux, il faudra faire un business plan et étudier votre secteur et sa clientèle. 

La création d’entreprise individuelle (avec régime micro possible), une société EIRL, EURL ou SASU sont différentes options de statut juridique du VTC. 

Le choix du statut ne doit pas être pris à la légère et il faut penser à l’avenir de son activité avant de prendre une décision.

Création d’une entreprise individuelle

Sous ce statut, l’entrepreneur et l’entreprise sont une seule entité. Les démarches sont simplifiées et les coûts réduits, mais il y a de nombreux inconvénients à ce statut.

Il n’y a pas de distinction entre le patrimoine personnel et professionnel et la responsabilité de l’entrepreneur est totale.

Vous serez alors soumis à l’impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP).

Création d’une EIRL

Il s’agit également d’un statut simplifié, mais qui a pour différence avec l’entreprise individuelle que le patrimoine professionnel devient distinct du personnel. Le chauffeur VTC à une responsabilité limitée à hauteur du montant du patrimoine affecté à sa société.
Vous pouvez choisir d’être imposé sur l’IRPP ou l’impôt sur les sociétés (IS).

Création d’une EURL

Cette forme juridique s’avère plus complexe ainsi que les formalités de création puisqu’il va falloir rédiger les statuts de l’EURL, mettre un capital social et faire une demande d’immatriculation de personne morale. Le coût financier est plus élevé et les bénéfices réalisés sont soumis au nom du chauffeur VTC en tant que BIC professionnel (IRPP) ou sur l’IS.

Création d’une SASU

Les modalités de création sont les mêmes que pour une EURL puisqu’il faudra par ailleurs une rédaction des statuts juridiques et il faudra mettre un capital social ainsi que divers coûts qui devront être mis comme apports. Le régime fiscal est l’IS puis l’entrepreneur est quant à lui astreint personnellement sur le montant de ses rémunérations et de ses dividendes. 

S’enregistrer au registre des VTC

La dernière étape pour devenir chauffeur VTC est de procéder à votre inscription au registre des VTC. Cette démarche vous permet d’obtenir la licence VTC, en d’autres termes votre autorisation d’exercer. À cet effet, l’enregistrement se fait sur présentation de l’attestation d’assurance Responsabilité Civile Professionnelle et de la copie de votre carte professionnelle VTC. Par ailleurs, vous devez aussi fournir un extrait K-Bis (justificatif de l’immatriculation de votre entreprise) et votre carte grise.